Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 06:26
Voici le courrier que Frédéric SANCHEZ, Président du Conseil d'Administration de l'hôpital de Nérac et moi-même avons envoyé aux parlementaires de Lot-et-Garonne en début de semaine :

"Monsieur le Député,

Le 3 septembre 2007, le Président de la République annonçait au cours d’une réunion d’experts,  la mise en place d’un plan Alzheimer financé sur la base de nouvelles franchises médicales.
Les franchises médicales ont été mises en place et le plan Alzheimer était annoncé pour sa phase opérationnelle  le 1er janvier 2008.


Le 10 juin 2009, la ville de Nérac inaugurait son nouvel  Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes. Cet EHPAD est équipé de 61 lits dont 19 sont exclusivement réservés à l’accueil des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.


Sur les 61 lits de cet établissement, 42 ont ouvert. A ce jour l’unité « Alzheimer » n’est toujours pas ouverte, par manque de moyens en personnel.

 

Parmi les 166 résidents de la maison de retraite de Nérac, nous avons déjà 13 personnes atteintes de la maladie Alzheimer.

 

Le 8 juillet 2009, nous saisissions les services de la DDASS et de la DDS afin que le financement des moyens en personnel manquant soit attribué.

 

Le Conseil Général nous indiquait qu’il financerait sa part correspondant en moyenne à 30% des besoins comme la loi l’y oblige.

 

Par contre, la DDASS nous indiquait au cours d’une réunion le 4 septembre 2009, que l’Etat n’était pas en mesure de débloquer les 70% du financement correspondant à sa part.

 

En parallèle, les services de l’Etat nous expliquaient que cette unité devait ouvrir à moyen constant alors même que l’ensemble des différents services composant la maison de retraite de Nérac fonctionne aujourd’hui avec un effectif inférieur aux normes d’encadrement fixés par le plan grand âge 2006.

 

La situation des patients atteints de la maladie d’Alzheimer est aujourd’hui indigne de ce qu’un Etat comme le nôtre a obligation de mettre en place. L’incompréhension des familles qui attendent l’ouverture de ce centre est parfaitement compréhensible au regard des annonces faites par le Chef de l’Etat.

 

Dans ce cadre, une intervention au plus niveau de l’Etat est aujourd’hui nécessaire pour que les moyens permettant l’ouverture de « l’unité Alzheimer » de Nérac soient immédiatement débloqués.

 

Nous vous demandons donc, Monsieur le Député, de bien vouloir intervenir pour que les objectifs du plan Alzheimer annoncé par le chef de l’Etat en personne soient respectés.

 

Dans l’attente,

 

Nous vous prions de croire, Monsieur le Député en l’assurance de nos sentiments les plus respectueux."

Partager cet article

Repost 0

commentaires