Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 21:07

Voici mon intervention introductive lors du conseil municipal de ce jour, avec notamment ma réponse au journal distribué par l'opposition :

"Comme d’habitude en préambule, j’ai quelques informations à vous communiquer concernant certains dossiers municipaux.

 

Nous avons reçu il y a quelques jours l’arrêté du Préfet instituant la commission locale du Secteur Sauvegardé. Le première réunion officielle aura donc lieu au mois de septembre.

 

Toujours concernant le secteur sauvegardé, j’étais aujourd’hui à Bordeaux à la DRAC pour la sélection des cabinets d’étude qui pourront concourir pour l’élaboration du plan de sauvegarde et de mise en valeur de Nérac.

 

J’ai profité de cette journée à Bordeaux pour me rendre au cabinet HERNANDEZ, l’architecte du bâtiment d’accueil du Château avec Camille ZVENIGORODSKI, Architecte de Bâtiments de France et Monsieur Alain RIEU, Conservateur Régional de Monuments Historiques afin de régler certains détails concernant ce projet.

 

Je vous informe aussi que nous avons obtenu un report de la subvention de 272 000 € du PER jusqu’au 31 décembre 2010 ce qui nous permet plus de sérénité dans le déroulement de ce projet. Les travaux commenceront à l’automne pour une durée estimée de 12 mois.

 

Enfin, avant d’aborder l’ordre du jour, je tiens à répondre à quelques éléments du journal distribué il y a quelques jours par l’opposition.

 

La majorité municipale ne distribuera pas de journal, vous me permettrez donc d’intervenir ce soir en son nom. Bien évidemment, d’autres élus pourront intervenir après moi.

A la lecture de votre journal, deux termes me sont venus à l’esprit : inélégant et prétentieux.

 

Inélégant lorsque dans le bilan que vous dressez de la municipalité précédente, vous ne citez même pas le nom de mon prédécesseur, Jean-Louis BRUNET, qui pourtant ne doit pas être étranger à ce qui s’est passé à Nérac durant les 25 dernières années.

 

Inélégant lorsque vous critiquez le bilan de l’équipe précédente de la CCVA dont Jean-Louis BRUNET était vice-président durant 8 ans avant d’en être président durant 2 ans.

 

Inélégant aussi lorsque vous posez la question de savoir qui est aux manettes à Nérac. Je vous réponds que c’est moi, et qu’autour de cette table vous êtes le seul à en douter. Les 600 Néracais qui sont passés dans mon bureau depuis le mois de mars 2008 ne semblent pas en douter non plus, pas plus que les services de notre collectivité..

 

Par contre, la différence sensible entre ma pratique et d’autres pratiques, c’est que je sais déléguer en confiance. Mes adjoints et les élus qui les entourent dans les commissions ont pleine latitude d’action dans le cadre du programme que nous avons défendu devant les Néracais.

 

Mais je vois bien ce qui se cache derrière cette fausse question : le souhait que vous partagez avec certains amis de votre sensibilité de voir Bernard FAUCON-LAMBERT et moi-même nous déchirer. Et bien là aussi vous serez déçu.

Inélégant encore lorsque vous stigmatisez le manque de démocratie qui régnerait à Nérac. Venez constater le succès que remporte notre permanence sur le marché : notre contact avec les Néracais est simple, sain, et sans démagogie. Personne ne m’y a encore traité de dictateur.

 

Sur la représentation de l’opposition à la CCVA, nous avons procédé comme partout, y compris à Vianne dans notre communauté. Et puis en terme de démocratie, j’ai du mal à recevoir des leçons de vous. Je pourrai rappeler l’épisode de votre désignation par Lamontjoie pour tenter de vous maintenir à la présidence du syndicat mixte. C’était tellement transparent et démocratique que l’idée n’a pas survécu au contrôle de légalité à la Sous-Préfecture. Moi, je ne contourne pas le suffrage universel.

 

Inélégant enfin lorsque vous présentez des chiffres sortis de leur contexte : je pense notamment aux emprunts 2008 et 2009 ou à votre comparaison des coûts d’une piscine neuve et d’une rénovation de l’existante. Sur ce dernier sujet, vous écrivez  le contraire des conclusions de l’étude du cabinet Adoc dont vous avez pourtant un exemplaire en votre possession.

 

Quant au terme prétentieux, pourquoi ?

 

La thématique générale de votre journal est simple. Vous vous posez en donneur de leçons de gestion : vous seul sauriez gérer, alors que la nouvelle majorité municipale serait condamnée à endetter la ville, augmenter les impôts tout en ne sachant pas mener de projets d’envergure.

 

C’est le vieux thème éculé d’une droite par nature bonne gestionnaire face à une gauche qui elle serait par nature dépensière et peu douée pour la gestion. Mais le monde a changé et ces vieux clichés appartiennent résolument au passé. Il n’y a qu’à regarder la gestion actuelle de l’Etat et ses comptes publics en perdition pour s’en convaincre.

 

Prétentieux aussi quand vous comparez les grands projets structurants que vous auriez mis en place face au prétendu vide de la gestion actuelle. Et bien attendez l’automne et la présentation du schéma départemental de modernisation économique et du schéma de modernisation du réseau routier, et vous verrez que Nérac et l’Albret n’auront pas été oubliés. J’espère que vous considérerez alors que j’y ai joué un rôle.

 

Vous ne pouvez pas comparer un bilan de 25 ans et un bilan de 18 mois et vous devez cessez de penser que la nuit éternelle est tombée sur Nérac le 9 mars 2008 car ce n’est pas conforme à la réalité.

 

Alors je sais bien qu’être dans l’opposition, ce n’est pas toujours gratifiant ni facile. Mais quand on est dans l’opposition, ce n’est jamais la faute des autres ou d’éléments extérieurs. C’est toujours chez soi qu’il faut chercher les raisons d’une défaite électorale. Pour y avoir passé 13 longues années, croyez bien que je parle en connaissance de cause.

 

A Nérac, le  débat républicain mérite un peu plus d’objectivité que le journal que vous avez infligé aux Néracais. Pour ma part, c’était ma ligne de conduite quand j’étais dans l’opposition. C’est toujours le cas aujourd’hui."

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires