Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 12:56

Roland Kermarec, candidat du Modem aux dernières élections cantonales tient un blog à l’adresse http://kermodem.canalblog.com/

J’apprécie toujours la lecture de son blog car il apporte souvent un œil neuf sur la vie politique locale.

Il a ce matin écrit un article auquel j’ai apporté le commentaire suivant :

Cher Roland Kermarec,

J’ai lu avec plaisir le texte marquant votre « retour » sur votre blog.

Vous avez eu le courage d’assister au café citoyen organisé à Nérac par Jean Dionis du Séjour, le député nouveau centre de la circonscription Agen-Nérac.

Effectivement comme vous l’écrivez –cela m’a été rapporté- on n’y a pas entendu beaucoup de bien de la nouvelle municipalité de Nérac…ce qui est normal dans une réunion politique de ce type.

La droite locale digère difficilement l’élection du 9 mars 2008. Quand on connaît la sociologie néracaise et l’histoire politique de notre ville, on peut comprendre les aigreurs d’estomac dont elle souffre : rien ne laissait penser qu’une telle chose fut possible ici. Comment ? La gauche socialo-communiste à 51 % au 1er tour ? Diable…les Néracais auraient perdu le sens commun.

Aujourd’hui, face à l’action de la municipalité, qui réalise son programme tout en maîtrisant la fiscalité et la dette, l’opposition s’est posée en donneuse de leçons de gestion : elle seule saurait gérer, alors que la nouvelle majorité municipale serait condamnée à endetter la ville, augmenter les impôts tout en ne sachant pas mener de projet d’envergure.

C’est le vieux thème éculé d’une droite par nature bonne gestionnaire face à une gauche qui elle serait par nature dépensière et peu douée pour la gestion. Mais le monde a changé et ces vieux clichés appartiennent au passé comme ceux qui les véhiculent !

Et puis il y a une question de style et de pratique. Quand on appartient à la génération de Jean Dionis ou de Gabriel Chazallon, exercer le pouvoir, occuper des responsabilités, c’est cumuler tout se qui se présente à soi, sans partage : Député, Maire, Président de la CAA pour le premier…1er adjoint, Conseiller Général et à ce titre Président du CDT, Président du SMIVAL, Président du Syndicat Mixte du Pays d’Albret, etc.  pour le second (avant 2008…).

Pour ma part, j’ai fait un choix inverse : en tant que Maire de Nérac, je ne suis pas Président de la Communauté de Communes du Val d’Albret (C’est Bernard Faucon-Lambert qui l’est), ni même vice-président (Frédéric Sanchez représente Nérac). Pourquoi ce choix ? Tout simplement parce-que lorsque la confiance et le respect existent dans l’équipe que l’on met en place, il est sain de ne pas tout centraliser soi-même et de savoir déléguer. C’est aussi mon fonctionnement à la Mairie de Nérac : mes adjoints ont toute latitude d’action dans l’exercice de leur délégation, dans le cadre du programme que nous avons défendu devant les électeurs.

Dès lors que ce choix est assumé et mis en œuvre, le Maire est alors un chef d’orchestre, qui coordonne et valorise le travail de son équipe. C’est ainsi que je conçois ma fonction de Maire.

La réalité aujourd’hui, c’est que l’équipe municipale de Nérac est unie, dynamique et proche des Néracais. Nous déclinons les deux axes de notre programme « améliorer la vie quotidienne des Néracais et assurer l’avenir de Nérac » : à la fois de la proximité et de la prospective, tout cela dans le cadre financier que nous avons fixé.

Alors oui, face à cette situation, la droite locale et son « leader » de plus en plus contesté ont du mal à se positionner et à être audibles. Mais tant qu’ils ne considéreront pas leur échec de 2008 comme autre chose qu’un incident de parcours ou une erreur des Néracais, ce n’est pas près de changer…

Rendez-vous en 2014 !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joël Hocquelet 26/04/2009 18:29

Si seulement beaucoup d'hommes politiques locaux s'inspiraient de votre vision de l'exercice du mandat les choses iraient mieux!!