Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 21:12

10mai81-150x150Mon 10 mai 1981

 

Le 10 mai 1981, j’avais à peine 6 ans, un âge où on n’a bien évidemment pas une conscience politique très affirmée, mais un âge qui permet cependant les souvenirs.

Mon père m’avait amené au dépouillement dans le bureau de vote situé au centre Samazeuilh. Je me souviens avoir été impressionné par le déroulement de ce moment dont je ne comprenais pas les codes.

Je me souviens du retour à pied à la maison et des tentatives d’explications par mon père de ce qui était en train de se passer. Comment expliquer à un enfant de 6 ans la vague d’espoir qui se levait alors ?

Je n’ai par contre pas de souvenir de l’apparition du visage de François Mitterrand sur le petit écran, mais j’ai encore en tête des images du nouveau Président en costume beige acclamé devant la mairie de Château-Chinon.

Puis il y a eu quelques appels téléphoniques à la maison, des voitures dans la rue qui klaxonnaient...

J’ai grandi dans la France de François Mitterrand. Les souvenirs d’une enfance heureuse côtoient la naissance d’une conscience politique et d’une volonté d’engagement qui s’est concrétisée en 1993 par mon adhésion au Parti Socialiste, juste après la grande défaite législative du mois de mars.

En 1993, François Mitterrand était malade, sa politique rejetée par les Français, son passé décortiqué par les journalistes et les historiens, sa vie privée révélée par les hebdomadaires...

Aujourd’hui, il fait partie de l’Histoire.

J’ai aimé chez François Mitterrand sa capacité à incarner la France dans toute sa complexité et sa diversité.

En tant que militant et qu’élu de gauche, je lui suis reconnaissant d’avoir fait du Parti Socialiste le grand parti de la gauche française, doté d’une culture de gouvernement qu’il n’avait eue que peu l’occasion d’acquérir auparavant. Son accession au pouvoir en 1981 lui a permis d’écrire une nouvelle page de son histoire et de celle de la France.

Mais pour moi, 1981, et surtout les années qui ont suivi, c’est aussi le décalage entre le rêve légitime de ceux qui aspiraient à un changement profond de société et la réalité qui s’est imposée durement malgré le talent de François Mitterrand. C’est pourquoi je préfère certainement le Mitterrand de 1988 (ou le Jospin de 1997 !) au Mitterrand de 1981.

Aujourd’hui, je n’imagine pas pouvoir contribuer à faire revenir la gauche au pouvoir en s’appuyant, comme nos ainés de 1981, sur une vague d’espoir (et donc multiplier les invitations au rêve), mais bien seulement en incarnant la seule force politique capable de répondre de façon réaliste au désespoir profond des citoyens que nous rencontrons tous les jours.

 

Agenda du 9 au 15 mai

 agenda.jpg

Lundi matin

-Ecole Jean Rostand

Lundi après-midi

-Assemblée générale Secours Populaire (Centre Samazeuilh)

-Rendez-vous (Mairie)

Mardi matin

-Réunion Secteur Sauvegardé (Mairie)

Mardi après-midi

-Réunion SEM (Agen)

-Conseil des maîtres (Ecole Jean Rostand)

Mercredi matin

-Rendez-vous (Mairie)

Mercredi après-midi

-Rendez-vous extérieur (Nérac)

-Réunion politique (Nérac)

Jeudi matin

-Rendez-vous (Mairie)

Jeudi après-midi

-Ecole Jean Rostand

Vendredi matin

-Rendez-vous (Mairie)

-Déjeuner de travail CCI (Nérac)

Vendredi après-midi

-Réunion Conseil Général

Samedi matin

-Séminaire des élus de la majorité départementale (Boé)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Monique Sattler 10/05/2011 23:17



Ton 10 mai, Nicolas,m'a rappelé le mien, dans un contexte, un environnement,un âge bien différents. A Strasbourg,ville traditionnellement de droite,nous avons, ma famille, mes amis,noyau dur
d'une opposition de gauche, dans cet océan ultra libéral,suivi chez moi,le compte à rebours et hurlé de joie à l'apparitiondu visage de François Mitterand.L'autre image:celle d'un homme
seul, une rose à la main,s'avançant vers le panthéon( et non le Fouquet's)Un rêve,une utopie peut-être,confrontésaux dures,impitoyables réalités politiques et économiques,mais nécéssaires
toujours, pour un changement pragmatique et urgent de notre société.



Ana-Paula BES 10/05/2011 09:29



En janvier 1981, je quittais mon pays d'origine, j'avais 8 ans, j'étais accmpagnée de mon petit frère et de ma maire, quand nous sommes arrivés j'étais étonné de voir des "maisons" aussi grandes
aussi hautes, moi qui venait d'un petit village, arrivée en gare il neigeait, pour moi aussi tout était nouveau, aux éléctions je sais que autour de moi, beaucoup attendaient l'éléction de ce
nouveau président, j'ai grandit également sous la présidence de MITTERAND, une gouvernance de démocratie, moi qui venait d'un pays qui avait connu la dictature de SALAZAR, la france était le pays
de l'espoir, de l'égalité, de la fraternité, et un pays de liberté, à mon arrivée en france, avec mon jeune age, j'ai connu le racisme, la descrimination, il me fallait doubler d'efforts pour
être reconnue au même titre qu'un autre, ce n'est pas par le découragement, ni par la rancoeur ou la haine  que j'ai évolué, mais bien en m'impregnant des valeurs sociales, des valeurs
culturelles, de l'éducation, malgré l'image qu'on lui a donné, c'est un Grand Homme qui a su véhiculer ses valeurs de partage et que notre génération a sû garder.