Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2016 4 14 /01 /janvier /2016 20:28

Lors des vœux au personnel municipal vendredi 8 janvier, j’ai évoqué deux sujets : les contraintes financières du moment compte tenu du contexte inédit de baisse des dotations de l’Etat, et donc les efforts tous azimuts qu’il fallait réaliser. Concernant le personnel municipal, j’ai ouvert le débat sur leur temps de travail qui à Nérac est inférieur à la durée légale annuelle qui est de 1607 heures.

Le journal Sud-Ouest a publié aujourd’hui un article sur le sujet (voir le lien en bas de cette page).

Le sujet étant donc maintenant dans le débat public, je diffuse ici (voir le lien en bas de cette page) le discours que j’ai prononcé devant les agents de la ville de Nérac qui précise dans quel état d’esprit j’aborde cette question, et surtout pourquoi et comment.

Malgré tout, je souhaite apporter quelques précisions suite à l’article de Sud-Ouest. La personne représentant le personnel interrogée dans l’article politise de façon assez peu opportune ce débat en précisant que la 6ème semaine de congés payés avait été octroyée en 1982 par un maire communiste (André Garbay), qu’elle avait été maintenue par un maire de droite (Jean-Louis Brunet) et qu’elle est remise en cause par un maire socialiste qui s’inscrirait dans la lignée de la politique antisociale du gouvernement actuel. Au-delà du fait que cette « analyse » ne me semble pas être à la hauteur des enjeux auxquels nous sommes confrontés, je ne parviens pas à me considérer comme un maire antisocial. En temps utiles, je publierai un bilan social de notre politique à l’égard du personnel municipal depuis 2008 et je pense que mon équipe n’aura pas à rougir…

Par ailleurs, il est important que chacun ait à l’esprit le fait que les efforts nécessaires pour passer la tempête concerneront tout le monde : les usagers des services municipaux si certains tarifs augmentent, les contribuables si certains abattements fiscaux sont supprimés, les agents municipaux si leur temps de travail augmente. Quant aux économies, elles toucheront aussi tous les secteurs de la vie municipale sans exception. C’est là que des esprits perspicaces (cela m’est remonté) demandent si les efforts concernent aussi les élus sur leurs indemnités. La réponse est oui, et depuis 2008 ! En effet, lors de notre première élection, le taux d’indemnisation des élus a été fixé largement en dessous du maximum autorisé, à tel point que tous les ans, ce sont 30 000 € qui sont économisés au total, soit 240 000 € depuis 2008. Enfin, je rappelle aussi que depuis 2008, toutes les réceptions de la Mairie (cérémonies, accueil de délégations diverses…) sont servies par les élus dont la plupart ne sont pas indemnisés, ce qui constitue une économie en dépenses de personnel non négligeable, les réceptions ayant quasiment toutes lieu le soir, le week-end…ou les jours fériés.

Bref, je n’avais pas imaginé que mettre au débat ce sujet se passerait sans un peu de rugosité dans les rapports sociaux agents/élus ; mais ce débat, je l’aborde avec sérénité et détermination, dans l’esprit et dans le cadre de mon discours devant les agents de la ville de Nérac le 8 janvier.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Parolini Christiane 16/01/2016 07:39

Bonjour,

Il est toujours difficile de fédérer autour du travail.
Au CH, quand l'équipe n'arrivait plus à se centrer et à avoir l'enthousiasme requis, nous faisions un "mandala": nous mettions le patient/résident au centre. Nous mettions autour tous les corps de métier qui intervenait pour le mieux-être en valorisant bien chacun dans sa mission.
Le dialogue était parfois passionné mais toujours positif.
Si cela peut vous aider!
Bon courage et merci pour votre aide à chacun par tout ce que vous faites et pour votre intégrité.
Bonne journée