Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 08:52

La semaine qui s’ouvre constituera la dernière ligne droite avant les élections du 23 mars.

Depuis le mois de novembre, j’ai écrit chaque dimanche mon « billet de campagne ». Au début, vous étiez un peu plus de 400 à le lire chaque semaine. Vous êtes aujourd’hui un peu plus de 800 ! C’est donc devenu pour moi un devoir dès le dimanche matin d’être derrière mon clavier pour le produire !

Le débat entre les listes aura été riche et globalement de qualité car tous les sujets auront été abordés.

Samedi matin, au marché, toutes les listes étaient représentées et distribuaient des documents.

La 3ème liste, constituée comme elle a pu à la dernière minute, distribuait enfin son programme où on apprend que les taux d’imposition seront discutés (et donc décidés ?) en comités de quartiers. Voilà bien là le meilleur moyen de ne pas sortir un seul budget durant tout le mandat. Que se passe-t-il si un quartier décide une augmentation des taux, si un autre propose une baisse et si un troisième quartier propose de mettre tous les taux à zéro, sachant que les taux doivent être homogènes sur la commune ? Quelle sera la légitimité d’un quartier par rapport à un autre ? Ce n’est qu’un exemple, mais finalement, est-ce vraiment le programme qui compte dans la motivation de cette liste de se présenter à ces élections…

Bernard Dalies et ses colistiers ont distribué un tract en deux colonnes, avec d’un côté le caractère génial de Bernard Dalies détaillé sous tous les angles, et de l’autre la nullité crasse de Nicolas Lacombe. Idem pour le programme : la grâce, la beauté, l’intelligence, le génie sont du côté du programme de Bernard Dalies ; la médiocrité, la petitesse, la ruine, la nuit éternelle sont du côté du programme de la municipalité actuelle.

Cet état d’esprit aura bien été le fil conducteur de la campagne de Bernard Dalies : suffisance, sentiment de supériorité et mépris de l’adversaire. Rien de ce que nous avons fait ou de ce que nous proposons ne trouve grâce à leurs yeux. En 2008, avec les candidats de la liste que je conduisais, j’avais fait le choix de ne pas parler de mon adversaire. Nous avions fait une campagne positive, uniquement sur nos propositions. Bernard Dalies fait aujourd’hui le choix inverse. Pour masquer l’infaisabilité de l’essentiel de son programme, il projette sur son adversaire, en l’occurrence moi, ses propres faiblesses. J’avais relevé, puisque j’étais attaqué, dans notre journal n°3 « Opposition et vérité » (en lien en bas de l’article) les erreurs de Bernard Dalies dans sa manipulation partisane des chiffres.

Il y aurait aussi beaucoup dire sur son dernier tract : quand il présente la baisse du nombre de vice-présidents à la CCVA comme une grosse source d’économies s’il est élu, pourquoi ne dit-il pas que c’est la loi qui va l’y contraindre et non sa volonté. Il n’y aura plus que 8 vice-présidents car il n’y aura plus que 40 conseillers communautaires. Et Bernard Dalies n’y sera pour rien ! Pourquoi Bernard Dalies ne dit-il pas que lorsque j’ai été élu président de la CCVA j’ai baissé mon indemnité de 30% et celle des vice-présidents de 20% ? Pourquoi ce mépris de Bernard Dalies pour Patrice Dufau face à Laurence Franzoni qui  serait « le choix de la parité et de la complémentarité des expériences professionnelles ». Certes, Patrice Dufau n’incarne pas la parité, c’est indiscutable, mais il faudra remonter loin dans l’Histoire locale pour retrouver une complémentarité, une complicité et une amitié entre un maire et un 1er adjoint du même niveau que celle entre Patrice Dufau et moi-même. Quant à la parité, elle est assurée sur toutes les listes, puisque c’est aussi la loi qui le prévoit ! Là encore Bernard Dalies n’y est pour rien et ne fait pas mieux que les autres. Mépris aussi des fonctionnaires, alors que la fonction publique sous toutes ses formes (Hôpital, Mairie, Education Nationale, Etat…) est de loin le 1er employeur de Nérac ! Manipulation enfin quand Bernard Dalies oublie de préciser que les taux communaux d’imposition n’ont pas augmenté depuis 2008, ce que lui n’a jamais été capable de faire sur une si longue durée quand il était adjoint aux finances à Nérac! Il se cantonne à rappeler les deux augmentations de la CCVA qui ont pourtant été votées à la quasi-unanimité des élus de droite et de gauche. Ne se souvient-il pas, que vice-président de la CCVA chargé des finances, il avait augmenté les impôts de 5% en 2008…3 jours avant les élections !

Mais ce qui frappe vraiment, c’est qu’encore une fois, Bernard Dalies ne prend aucun engagement financier sur les impôts et la dette, alors que la question financière est au cœur des enjeux de cette campagne. Il s’engage simplement à « une exigence de gestion », ce qui est bien le moins, comme si certains pouvaient s’engager à une exigence de gaspillage et de mauvaise gestion ! Je confirme ce que je disais la semaine dernière, il n’y a que deux options s’il est élu : soit il réalise son programme et il est obligé d’augmenter les impôts et d’emprunter de façon conséquente, soit il ne réalise pas son programme et alors il aura trompé les Néracais.

Gageons que sur sa profession de foi, seul document que tous les électeurs vont recevoir, il prendra des engagements clairs sur ces deux sujets majeurs que sont l’impôt et la dette et qu’il ne se contentera pas de critiquer, une fois encore, la municipalité actuelle. S’il ne prend pas d’engagement sur ce document, la tromperie sera manifeste ! Nous concernant, l’engagement est clair !

 

INVITATION 

La dernière réunion publique de la campagne aura lieu MARDI 18 MARS à 20h00 à l’Espace d’Albret. Venez nombreux et invitez vos amis ! Le verre de l’amitié clôturera cette soirée.

Aidez nous à diffuser notre programme !

Pour mémoire, notre journal n°3 "Opposition et vérité"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jeanne ARAQUE-CAVALLIN 24/03/2014 12:33

TOUTES MES FELICITATIONS POUR CETTE BELLE VICTOIRE.VOUS AVEZ GAGNE LA CONFIANCE DES NERACAIS ET NERACAISES ET J'EN SUIS TRES FIERE.MERCI.
(J'ai une petite pensée pour MR GARBAY.)
BON COURAGE POUR L'AVENIR.AMITIES

Sattler Monique 16/03/2014 11:40

Pour eux : N'ayant pas la force d'agir ,ils dissertent. Pour toi, ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remord pour le présent, et une confiance inébranlable pour l'avenir. Jean-jaurès.
Il faut allier le pessimisme de l'intelligence à l'optimisme de la volonté. Antonio Gramsci.
Courage! Nous sommes avec toi.